Points à retenir

  • Les marchés étant maintenant en fin de cycle, la volatilité des cours boursiers devient plus problématique pour les investisseurs.
  • Le cours des actions constitue un moyen d’évaluer le risque associé à une entreprise, mais nous sommes toutefois d’avis qu’en se concentrant sur les fluctuations à court terme, les investisseurs risquent de ne pas profiter de la valeur créée à long terme par les sociétés sous-jacentes.
  • En ayant une meilleure idée de la façon dont les entreprises produisent de la valeur, les investisseurs pourraient obtenir des rendements plus réguliers.

Bien qu’on vante les mérites des placements à long terme, il n’en demeure pas moins que : Les fluctuations à court terme des cours boursiers influencent toujours bon nombre de placements en actions.

Si l’offre de pétrole grimpe au Moyen-Orient, le cours de l’action d’une société de services énergétiques au Canada pourrait chuter. Si les organismes de réglementation du domaine médical en Europe mettent en place de nouvelles règles, les investisseurs pourraient sous-pondérer les actions des soins de santé de la Suisse à l’Afrique du Sud. Peu importe si ces sociétés sont des entreprises solides, dotées d’une direction compétente et affichant un endettement raisonnable. Lorsque des doutes font surface, certains investisseurs se ruent vers la sortie en quête de la prochaine grande tendance.

Aujourd’hui, plus de 10 ans se sont écoulés depuis le début du plus long marché haussier de l’histoire et les données économiques suggèrent que nous sommes maintenant en fin de cycle. En conséquence, la volatilité des cours boursiers pose un défi. Nous croyons toutefois qu’en se concentrant sur les fluctuations à court terme, les investisseurs risquent de ne pas profiter de la valeur créée à long terme par les sociétés sous-jacentes. Comme en témoignent de nombreux rapports quotidiens, hebdomadaires et mensuels, les marchés et les investisseurs restent préoccupés par les cours boursiers et voient leurs fluctuations comme un indicateur du risque et de la valeur d’une société. Cependant, selon nous, le risque peut souvent être mesuré avec beaucoup plus de précision en examinant les sociétés sous-jacentes et leur potentiel pour créer de la valeur et la conserver.

Le marché boursier peut être extrêmement inefficace à court terme.
Visualisation de la fluctuation des valorisations des actions au fil du temps. Ce graphique illustre comment le cours d’une action peut représenter une valeur attrayante puis se retrouver à pleine valeur au fil du temps. Notre approche de placement axée sur la valeur nous permet de tirer profit des occasions à court terme qui se présentent dans des marchés inefficaces et de vendre lorsque les actions ne génèrent plus le taux de rendement minimal que nous avons établi.

Source : Gestion de placements Manuvie. À titre indicatif seulement.

En évaluant le risque en fonction non seulement du cours de l’action, mais aussi du risque que l’entreprise subisse une perte en capital permanente, les investisseurs pourraient mieux être en mesure de créer un portefeuille diversifié composé de titres offrant à la fois qualité et valeur, susceptibles de générer un excellent rendement corrigé du risque. Pour cela, ils doivent rigoureusement évaluer la réelle valeur de l’entreprise et si ses résultats se maintiendront au fil du temps.

 

Plus précisément, pour évaluer la probabilité qu’une société subisse une perte en capital permanente, nous croyons qu’il est important d’examiner trois facteurs de risque :

 

  1. Baisse permanente des bénéfices : Les sociétés menacées par de nouveaux concurrents pourraient perdre une grande partie de leur pouvoir de fixation des prix. Pour atténuer ce risque, nous recherchons des sociétés qui ont un avantage concurrentiel durable, une rentabilité élevée et stable, et une excellente équipe de direction.
  2. Endettement excessif : Un endettement élevé peut se traduire par une baisse permanente des bénéfices; selon nous, les investisseurs avisés peuvent éviter les sociétés dans cette situation en choisissant des sociétés affichant dans leur structure financière un endettement minimal.
  3.  Valorisation excessive : En période d’exubérance du marché, le ratio cours-bénéfice des sociétés peut grimper jusqu’à plus de 50 (comme cela s’est produit pour des sociétés comme Coca-Cola lors de l’essor des sociétés technologiques à la fin des années 90).¹ Peu importe que les activités de la société soient florissantes, nous sommes d’avis qu’il est peu probable que les actions achetées à un cours aussi élevé génèrent un rendement supérieur à celui du marché à long terme. Pour éviter cette situation, il est important de porter une attention particulière à la valorisation de chaque action et du portefeuille dans son ensemble.

 

Miser sur la diversité

Nous croyons qu’il est judicieux de constituer un portefeuille selon un large éventail de critères qui peuvent être appliqués dans le temps, dans divers secteurs et régions, et pour des titres de différentes capitalisations boursières. Dans la pratique, cela consiste à créer un portefeuille neutre sur le plan sectoriel, les sociétés et les secteurs étant évalués non pas en fonction de leur appartenance à un certain indice ou à une région donnée, mais en fonction de leur capacité à créer de la valeur selon des critères rigoureux, mais adaptables.

 

Prenons un exemple de ce que cela signifie. Au Canada, les investisseurs cherchant à diversifier leur portefeuille pourraient envisager d’investir dans les titres de l’indice composé S&P/TSX.² Seulement trois secteurs constituent à eux seuls environ les deux tiers de l’indice S&P/TSX : les services financiers, l’énergie et les matières premières. En cas de repli majeur dans un secteur (l’énergie, par exemple), les effets sur l’indice global peuvent être importants. Cependant, en recherchant des sociétés capables de générer d’importants bénéfices à long terme, les investisseurs peuvent s’attendre à ce que, quelles que soient les fluctuations à court terme du marché, les fondamentaux de ces sociétés ne se détériorent pas nécessairement dans le sillage de l’indice dans son ensemble.

 

Création de valeur

Jusqu’à maintenant, on a beaucoup parlé des sociétés qui créent de la valeur. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement? Comment les investisseurs peuvent-ils trouver les sociétés qui répondent à ces critères?

Trois critères nous semblent importants pour évaluer le risque de chaque société : 

  1. Bénéfices : Pour trouver des sociétés dotées d’un avantage concurrentiel durable, nous croyons qu’il est important d’évaluer la capacité de l’entreprise à générer des bénéfices stables dans divers cycles économiques et diverses conjonctures. Notre équipe, par exemple, procède à une analyse exhaustive des chiffres – chiffre d’affaires, productivité des actifs, coûts – ainsi qu’à des entrevues avec la haute direction de près de 500 sociétés chaque année. 
  2. Compétences de la direction et responsabilisation : En règle générale, nous évaluons les compétences des membres de la direction en fonction de facteurs comme le nombre d’années d’expérience au sein de la société, les normes de gouvernance suivies et, surtout, leur habileté à affecter le capital. Cette capacité est souvent évaluée par le coût du capital de l’entreprise, qui devrait être considérablement moins élevé dans le cas des sociétés bien gérées. 
  3. Endettement : Les sociétés dont la structure financière affiche un fort endettement doivent effectuer d’importants paiements aux prêteurs et aux porteurs d’obligations, ce qui les rend très vulnérables en cas de ralentissement économique. 

 

Ensemble, ces trois outils peuvent aider les investisseurs à créer une méthode évolutive et reproductible d’évaluation des sociétés, peu importe la région ou le secteur. Qu’il s’agisse d’une société des services publics au Brésil ou d’un détaillant en Russie, nous croyons que ce processus peut aider les investisseurs à établir des cibles d’achat et de vente pour les actions d’un large éventail de sociétés dans le monde, et leur donner l’occasion de créer un portefeuille global dans lequel le risque d’entreprise est très diversifié.

 

 

Création démontrable de valeur à long terme

En cette fin de cycle du plus long marché haussier de l’histoire et compte tenu des fluctuations du marché à court terme qui l’accompagnent, nous croyons qu’il est important de se concentrer sur les sociétés qui ont démontré leur capacité à créer de la valeur à long terme. L’examen des risques d’entreprise sous-jacents peut aider les investisseurs à traverser les périodes de volatilité, à mieux comprendre comment une entreprise génère de la valeur et à dégager des rendements potentiellement plus réguliers.